Médecins généralistes Bruxellois accessibles au 1710

Le 1710 est un nouveau numéro d’appel gratuit destiné aux Bruxellois qui n’ont pas de médecins généralistes. Il a été lancé il y a 2 mois en réaction à la pandémie de coronavirus et tend aujourd’hui à se pérenniser pour devenir le numéro de référence dans la recherche d’un médecin généraliste à Bruxelles.

médecin généraliste

Le 27 mars dernier, en collaboration avec le Service Public Fédéral Santé Publique, la Fédération des Associations des Médecins Généralistes de Bruxelles, le SIAMU, la Croix-Rouge de Belgique, la Haut Fonctionnaire de l’agglomération bruxelloise a ouvert un numéro unique à destination des Bruxellois n’ayant pas de médecin généraliste et souhaitant prendre un avis médical quant à leur état de santé dans le cadre de l’actuel pandémie de coronavirus. Ce numéro se pérennise et continue à orienter les personnes vers des médecins généralistes.

Pour éviter l’engorgement des lignes d’urgence

Cette campagne part d’un constat clair : un nombre important d’habitants ne trouvent pas leur chemin vers un médecin généraliste. Dans la situation actuelle, ces personnes se tournent vers le numéro d’urgence « 112 » et les services de garde au risque d’engorger les lignes pour les autres patients.

Si vous avez déjà un médecin généraliste, appelez-le en priorité

Via ce nouveau numéro 1710, les Bruxellois auront accès à un dispatching de médecins généralistes pouvant les conseiller et les orienter adéquatement. Mais attention, le Haut fonctionnaire insiste sur le fait que le premier réflexe est d’appeler son médecin traitant et à défaut ce numéro, le 1710.

→ Ci-dessous, la vidéo de la campagne (disponible en 5 autres langues)

Born in Brussels Professional : appel à formations

Born in Brussels Professional appel à formation

Chers partenaires,

Comme vous le savez, Born in Brussels Professional propose une formation aux partenaires sur le fonctionnement de l’outil et sur le dépistage, non stigmatisant, des besoins en soins psychosociaux.l.

Nous sommes conscients qu’il existe beaucoup de bonnes formations sur ce sujet, donc, nous voulons en tenir compte en offrant aux participants un aperçu des formations existantes.
Si votre organisation propose ou prévoit de proposer une formation ou e-learning autour d’un thème de vulnérabilité psychosociale (bien-être mental, toxicomanie, violence, logement,…), vous pouvez l’indiquer avant le 25 juin dans le formulaire suivant et nous le mentionnerons lors de notre formation.

Nous sommes maintenant dans la phase de mise en œuvre de l’outil pour la première région : Jette, Ganshoren, St. Agatha-Berchem, Laeken, Koekelberg.
Si nous n’avons pas encore pris rendez-vous avec vous pour la mise en œuvre ou si vous souhaitez déjà suivre la formation (nous la déploierons dans tout Bruxelles), vous pouvez certainement nous contacter via cette adresse Borninbrussels@uzbrussel.be

Plus d’informations sur le projet Born in Brussels Professional

Victoire historique pour le secteur périnatal : le congé de maternité ne sera plus raboté

Ce mardi 12 mai 2020, en Commission des Affaires sociales, les député·e·s ont décidé que lorsqu’une future maman sera mise en congé de maladie avant l’accouchement, son congé de maternité ne sera plus raboté.

Ce combat, c’est la Ligue des Familles qui l’a gagné, reprenant le flambeau de Valérie Loreaux, une maman révoltée. Il y a 4 ans, cette maman a vécu une grossesse à risque, difficile. Elle a dû rester chez elle des semaines durant pour éviter tout risque de fausse couche. Après l’accouchement, alors que l’allaitement fonctionnait très bien, elle a dû sevrer sa petite fille pour retourner au travail précocement. Et ce, justement à cause de ces semaines de maladies anténatales qui ont littéralement amputé son congé de maternité après la naissance de son enfant.

Valérie Loreaux a d’abord mené son combat seule, écrivant lettres et messages, contactant des politiques et créant un compte Facebook sur lequel beaucoup de mamans la rejoignaient ; désemparées devant cette injustice.

Contactée par la Ligue des Familles, Valérie Loreaux était très heureuse : « Au début, je n’ai pas vraiment pensé que je me battais pour les autres. Dans un premier temps, cela a vraiment été un cri du cœur. Je revenais de l’ONE. Mon allaitement se passait super bien, mais comme je reprenais le travail, je devais sevrer ma petite fille que j’allais devoir mettre en crèche. À l’ONE, il y a eu cette infirmière qui m’a culpabilisée, me demandant pourquoi j’arrêtais d’allaiter alors que tout se passait bien ; me demandant pourquoi je faisais subir ça à ma fille. Alors que je n’avais pas le choix. Je vivais ça comme une situation injuste. Je n’étais pas du tout au courant de ce système pernicieux. J’avais appris le rabotement de mon congé de maternité par une simple lettre de la mutualité qui m’expliquait que mon congé de maternité débutait alors que je n’avais pas encore accouché. Cela avait déjà été un gros choc pour moi, j’étais en pleurs au téléphone à dire que ça ne pouvait pas arriver. »

Il a donc fallu 4 années de combat aux uns et aux autres pour arriver à cette décision qui soulagera nombre de futures mamans, dont les grossesses ne se déroulent pas toujours sans heurt. C’est une belle victoire qui permettra aux bébés de profiter de soins maternels et d’un allaitement plus long, avant d’arriver en crèche.
Source : La Ligue des Familles

Lisez notre article Comment accompagner les devenant parents et leurs tout-petits en temps de crise ?

 

Photo by Helena Lopes on Unsplash