Étiquette : périnatalité

Colloque ARIP 2020 : Temps et rythmes en périnatalité

14ème colloque international de périnatalité de l’ARIP : Temps et rythmes en périnatalité

Association pour la Recherche et l'(In)formation en Périnatalité

Quand ?

19, 20 & 21 novembre 2020

Où ?

Centre international du Palais des Papes
Avignon France

Cette année, l’ARIP a concocté son programme afin que les participants puissent suivre les conférences en présentiel aussi bien qu’en distanciel.
Toutes les infos relatives à ces possibilités sont détaillées sur le site du colloque.

Thématique du colloque

Le rythme anime le temps. À chacun son tempo.

En périnatalité, les rythmes ne cessent de s’entrechoquer. Nouvelles procréations humainement assistées. Battement du coeur du bébé. Césarienne code rouge. Prématurité. État mixte en post-partum. Placements précoces. Burn out des soignants. Turn-over des équipes… Innovations, accidents et dysfonctionnements autour de la procréation, de la grossesse, de la naissance et des premiers mois de la vie menacent les institutions et les personnes du chaos de la perte de sens. Comment protéger l’émergence et la construction de la relation bébé-autres humains, fondatrice du devenir des individus et de leurs mondes ?

L’accélération du temps, bien décrite par Harmut Rosa, concerne désormais tous les domaines de la vie, dont le soin et le prendre soin, et l’ensemble de la planète, pour le meilleur et pour le pire. L’attention à la résonance, qu’il définit comme cette capacité pour le sujet d’être touché par le monde et, en retour, d’agir sur lui, permettrait-elle de résister aux effets délétères de l’accélération ?

En périnatalité, comme ailleurs, le risque est fort de se voir déborder par des urgences fondées ou infondées, authentiques kairos – opportunités d’agir –, ou au contraire chronicisation de réponses usantes à la pression. Cependant, le respect des besoins fondamentaux des bébés passe par celui de leurs micro et macro-rythmes. Les bébés méritent des oasis de décélération, les parents de pouvoir les offrir à leurs bébés et les soignants le temps de réfléchir leurs pratiques.

Temporalités des personnes – bébé, parents, soignants –, des institutions, des métiers, des soins, des avancées scientifiques et techniques s’entrecroisent. Il faut donc veiller, au-delà de leur diversité, à leur suffisante synchronisation. Celle-ci permettra aux bébés de devenir des enfants puis des adultes capables de vivre dans un monde accéléré, d’inventer des ralentissements et de résonner à leur tour avec le monde… et leurs propres bébés.

Ce colloque ambitionne de contribuer à une réflexion sur toutes les échelles de temps qui concernent la période, les métiers et les dispositifs de soin de la périnatalité. Il invite à mieux connaître les rythmes physiologiques, psychiques et développementaux du bébé. Il encourage à s’approprier, au mieux, les innovations techniques, sociales, organisationnelles, de même, que les conséquences sur les pratiques de soin de l’accélération sociétale. Il propose d’envisager des réponses différentes centrées sur l’amélioration de la prise en compte des besoins des parents et des bébés.

Il plaide pour que les 1001 jours deviennent la question de toutes et tous et, dans ce cadre, il concerne l’ensemble des professionnel-le-s intéressé-e-s par cette période, de l’antéconceptionnel au deuxième anniversaire de l’enfant. Il donne la parole à l’Alliance francophone pour la santé mentale périnatale à ses associations et sociétés (Maman Blues, CNGOF, CNSF, FNAAFP, SMF, WAIMH-F, ANAPSY-pe, SIPFP, etc.) et à ses acteurs.

Programme complet et inscriptions