Bienvenue sur le blog Born in Brussels

L’objectif ? Vous informer sur notre projet en cours de construction; une plateforme web d’informations et de ressources autour de la naissance et la petite enfance. Projet qui tendra à faciliter l’accès aux soins de santé pour tous et aider chaque enfant né ou à naître à se développer et s’épanouir à Bruxelles.

Bruxelles voit chaque année plus de 23.000 bébés naître, dont plus d’un tiers, dans une famille vulnérable. Cela signifie que toutes les mamans ne disposent pas toujours des soins nécessaires au cours de leur grossesse. Cela a des conséquences sur leur santé et bien sûr, sur celle de leur enfant à naître. C’est un sacré défi pour la Région et chaque acteur de soins périnatals. L’information parfois morcelée est à recomposer pour que chaque papa, chaque maman, chaque professionnel trouve son chemin dans l’offre de soins et de services bruxellois.

Accueillir la vie en temps de pandémie

Accueillir la vie en temps de pandémie

Ce livre, édité par Yapaka.be et écrit par Pasale Gustin, alimente la réflexion pour les professionnels du secteur périnatal. Il évoque le contexte « potentiellement traumatique » de l’arrivée d’un enfant en temps de crise Covid.
Pour l’auteur, cela doit se penser avec les parents, entre professionnels et avec les acteurs du « corps social ».
« Car l’arrivée d’un bébé se noue aux générations précédentes dans une histoire qui lui est racontée collectivement. Un enfant nait dans sa famille mais aussi dans une communauté qui l’accueille. Alors, quand les liens entre générations sont empêchés, quand la peur de la mort est présente, comment le temps des naissances, l’accueil du nouveau-né, la parentalité et les transmissions qui y opèrent traversent-ils ce contexte inouï ?

En écho à sa propre histoire d’enfance et renouant avec l’indispensable transmission, l’auteure analyse la crise au travers des naissances et du devenir parent. Pour les professionnels, il s’agit de retrouver le plaisir et le sens du travail d’équipe sans faire l’impasse sur l’indispensable présence « en réel » que requièrent les liens périnataux »

L’auteur

Pascale Gustin est psychologue clinicienne et psychanalyste. Elle partage sa pratique entre un Service de Santé Mentale, Le Chien Vert SSM-APSY/UXL et la pratique libérale en milieux hospitalier (pédiatrie, maternité, PMA, Unités de Néonat intensives et grossesses à risques). Elle a publié de nombreux articles dans les domaines périnatal et petite enfance.

Se procurer le livre

« Accueillir la vie en temps de pandémie » peut se télécharger gratuitement en version EPUB pour liseuse ou en version PDF.

Lisez aussi

Tisser du lien, initiative de la Ligue des Familles

Papote entre parents : bébé – parents – grands-parents, comment tisser du lien ?

Vous êtes parent ou grand-parent d’enfants de 0 à 3 ans et vous vous demandez comment trouver votre place, comment faire une place à…, comment tisser des liens, comment transmettre…

Les déceptions et les frustrations s’accumulent en cette période compliquée ?

La Ligue des Familles vous propose de rejoindre Martine Gayda,  journaliste du Ligueur et mon bébé, pour un moment d’échanges avec vous, afin de partager vos pistes, vos idées, vos expériences, vos références.

Ces rencontres sont pour tous et elles sont gratuites

Les parents papote s’organisent en mode privé sur Zoom

Quand ?

Mardi 4 mai 2021 de 19h45 à 21h30

Inscription et infos

Inscrivez-vous via ce lien : https://zoom.us/meeting/register/tJAufumoqDwrH9CgjP2Ejo1ykPYUXomCL6Ks

Plus d’infos ?

La Ligue des Familles

Lisez aussi Étude sur la prise en charge de la prématurité : le KCE appelle aux témoignages

Image par charly-k de Pixabay

Étude sur la prise en charge de la prématurité : le KCE appelle aux témoignages

Le Centre Fédéral d’Expertise des Soins de Santé (KCE), mène actuellement une étude sur l’organisation des soins centrés sur la famille (family-centred) pour les nouveau-nés prématurés dans les services de néonatologie (NICU et/ou N*). Dans ce contexte, l’institution publique de recherche scientifique appelle aux témoignages.

« Nous souhaiterions vous interviewer en ligne (au moyen de Zoom), éventuellement avec votre partenaire, pour discuter de l’organisation de la prise en charge de votre enfant et des visites à l’hôpital. En outre, nous aimerions savoir comment vous avez été informé(e) et soutenu(e) par les prestataires de soins, et comment vous avez été impliqué(e) dans la prise en charge de votre enfant. »

Vous êtes éligible pour notre enquête si :

  • Vous avez plus de 18 ans.
  • Vous parlez le français ou le néerlandais.
  • Vous êtes la mère ou le père d’un bébé né prématurément (avant 37 semaines de grossesse) et
  • Ce bébé  a séjourné en néonatologie ou en néonatologie intensive juste après sa naissance et
  • Votre enfant est sorti de l’hôpital depuis au moins 1 mois mais depuis moins d’un an.
  • Vous disposez d’un ordinateur ou d’un téléphone portable permettant de faire des appels vidéo.

Quand l’interview aura-t-elle lieu ?

Après votre inscription, le KCE vous contacterons par mail pour fixer une date d’interview.

Comment participer ?

Pour participer à cette étude, cliquez sur ce lien et complétez le questionnaire avant le 19 avril 2021. Vous pouvez aussi vous inscrire par téléphone au 02 287 33 88. Pour info, un document de ‘déclaration de consentement éclairé’ est également disponible via le même lien (en haut à droite sous le titre ‘Document’).

La prématurité en Belgique

En Belgique, les chiffres de la prématurité étaient fixes depuis très longtemps. Anne-Britt Johansson, chef du service de néonatologie à l’Hôpital des Enfants, confiait à Hospichild en 2019 : « 7 à 8% des bébés naissent trop tôt dans le pays. Dans 80% des cas, on le sait en avance et les parents peuvent s’y préparer. Il y a trois degrés de prématurités : extrême (avant 28 semaines), grande (entre 28 et 32 semaines) et modérée (entre 32 et 36 semaines). » Depuis les confinements successifs de 2020 pourtant, ce pourcentage s’est réduit de moitié. Une bonne nouvelle évidemment, mais qui met en lumière un dysfonctionnement manifeste de nos sociétés.

A lire aussi :

Crédit photo : Sofia Douieb