Fête des pères : place aux papas d’être mis à l’honneur !

7 juin 2024

Dimanche 9 juin en Belgique, c’est le jour des votes pour les élections européennes, législatives et régionales. Mais pour les enfants (petits et grands), c’est aussi et surtout la fête de leur papa ! Et comme pour toutes les fêtes, les avis divergent mais les possibilités de faire plaisir à son papa, elles, ne manquent pas. Cette célébration est l’occasion de questionner la place du père dans la sphère sociétale et plus particulièrement au sein du cocon familial ainsi que la place de l’homme dans le domaine de la petite enfance. Et pour couronner le tout, une note musicale dédiée au moment magique de la naissance vu par un papa.

Traditionnellement, la fête des pères se célèbre dans toute la Belgique (à l’exception de la région d’Anvers le 19 mars) le deuxième dimanche du mois de juin. Tous les papas, comme les mamans, peuvent en témoigner, devenir parent et accueillir un nouvel être dans sa vie est un vrai bonheur et en même temps un vrai chamboulement. D’ailleurs, pour aborder le sujet avec humour et légèreté, il suffit de demander à Ben Névert, le youtubeur, qui en parle très justement dans sa vidéo dédiée à l’arrivée de son enfant et en abordant sa nouvelle place en tant que père.

“Paternité relationnelle impliquée”

Face au modèle “classique” du père de famille, l’époque moderne bouleverse complètement l’ordre établi dans le passé pensé dans une société patriarcale. Dorénavant, les rôles s’entremêlent entre le père et la mère. En effet, le père n’est plus uniquement associé au géniteur, responsable légal, chef de famille ou encore figure d’autorité comme autrefois. Désormais, les papas s’impliquent davantage dans des tâches autrefois réservées aux mamans; ce qui permet à la fois d’installer un équilibre entre les parents ainsi qu’un modèle plus juste pour l’enfant. “Avec une diversité des modèles familiaux, pères en solo, développement de la monoparentalité ou encore de l’homoparentalité… Cela créé une pluralité de situations familiales qui rendent la place du père difficile à appréhender, à accompagner ou même à comprendre. La paternité dite relationnelle impliquée est devenue une nouvelle norme au sein de notre société, ce qui implique que le lien entre le père et l’enfant doit se faire et ce, quelque soit la multiplicité des modèles familiaux. Il est évident que les a-priori existent et que notre société ne va pas toujours accepter qu’un père dispose des capacités nécessaires autant qu’une mère à s’occuper d’un tout petit et de répondre à ses besoins.”, constate la sociologue Christine Castelain Meunier, interrogée par Yapaka.

Quid de la petite enfance ?

Il suffit de se rendre au sein d’un milieu d’accueil de la petite enfance pour constater que la grande majorité des adultes qui y évoluent sont des femmes. En effet, ce sont bel et bien les puéricultrices qui s’occupent des tout-petits. Et ce, malgré une pénurie du métier et des revendications récurrentes du secteur public comme du secteur privé. Pour preuve, l’équipe de Born in Brussels écrivait en novembre dernier un article intitulé Petite enfance et milieux d’acceuil : le secteur manifeste pour un vrai coup de main !”. Pourtant, la présence plus soutenue d’hommes pourrait à la fois calmer la situation et amener une plus-value au secteur. Pour Stéphanie Arnone, responsable d’une crèche de la Ville de Liège et interrogée par le Journal Rtbf, la présence d’Andy – le seul puériculteur dans une équipe de huit – est réellement un atout :” Il amène une dynamique différente et il y a quelque chose qui ne trompe pas, c’est la réaction des enfants qui sont contents quand ils le voient et le réclament quand il n’est pas là. Il faut vraiment motiver les garçons, leur dire que ce métier n’est pas juste un métier de fille mais qu’il s’adresse avant tout à des personnes passionnées par la petite enfance”. Pour Christine Castelain Meunier, sociologue, la place du père fait réellement sens :“Il est nécessaire de penser la place du père dans l’univers de la petite enfance et de la naissance. Engager plus d’hommes dans ces secteurs, revaloriser ces professions sont des choix qui seraient porteurs aux plans structurel et politique. Mais aussi, au sein des équipes, penser à solliciter les pères là où généralement la mère est la seule interlocutrice directe ou dans la tête des professionnels. Soutenir les nouvelles paternités à l’œuvre aujourd’hui et singulièrement la place du père repose aussi sur le fait de considérer les hommes en capacité de soutenir une nouvelle forme de lien à l’enfant.”

L’origine et expansion de la fête

Selon les écrits, la fête des pères tire son origine au 15e siècle et provient de la religion catholique. En effet, c’est à l’occasion de la Saint-Joseph (père de Jésus) qui est fêtée le 19 mars que la tradition s’est instaurée à cette date dans plusieurs pays d’Europe (conservée en Belgique dans la région d’Anvers) comme l’Espagne ou le Portugal ainsi qu’en Amérique latine. En France, la fête des pères prend principalement son essor grâce à une publicité d’une société de bretonne de briquets avec un slogan incitant les papas à se procurer l’indispensable allumoir. La célébration prend donc une tournure commerciale, ce qui a laissé des traces jusqu’à nos jours. Au Danemark, les papas sont mis à l’honneur le 5 juin lors de la fête de la Constitution. En Thaïlande, c’est le jour de l’anniversaire du roi qui détermine le jour de la fête des papas. À savoir le 28 juillet, jour de l’ascession au pouvoir du roi Rama X. En Australie, la fête des pères se célèbre le premier dimanche de septembre à la fois pour ne pas être trop proche de la fête des mères et pour augmenter les ventes. Aux États-Unis, la célébration se fait le troisième dimanche de juin et malgré que ce soit un jour férié, les travailleurs ne bénéficient généralement pas d’un jour de congé payé contrairement aux fêtes fédérales comme le jour de l’An ou le jour de l’indépendance.

 

Être papa, c’est magique, en musique…

Une chanson de Nick Mallen dédiée à la naissance de sa fille ↓

 

Samuel Walheer